•  

    Monsieur le vent d'automne

    Petit ruisseau qui rejoint l'Isère à la sortie de Saint-Egrève, banlieue grenobloise

     

    Monsieur le vent d’automne tu arrives bien tôt
    Tu souffles la fraîcheur, mais le ciel est si beau
    Ton haleine balaie les jolies feuilles rousses
    Et se pose, bleutée, sur les trop vertes mousses.

    Tu baignes les sommets de tes lueurs ocrées
    Et les petits matins de tes brumes dorées
    Tu te fais caressant aux premiers jours d’octobre
    Parant dame nature de sa plus jolie robe.

    Mais tu rougis aussi les feuilles des grands arbres
    Avant qu’un long hiver ne vienne les brûler
    Quand tu te fais violent, c’est pour les dénuder
    Et les laisser dormir du grand sommeil de marbre.

    Alors, je t’en supplie, ne sois pas trop pressé
    Laisses-nous un moment, encor, avec l’été
    Ce bel été indien qui donne à la nature
    Des couleurs de rubis, d’ambre, et parfois d’or pur.

    © Marie Le Corre, octobre 2005

     


    16 commentaires