•  

    Variations sur le mot "confiance"

    Mon village sous la brume matinale

     

    Quand j’ouvre le Larousse, pour y trouver «confiance»,
    Je lis «sécurité de celui qui se fie»,
    Et mon humour, d’instinct, aussitôt réagit,
    Pour traduire «con se fiant, et en toute innocence».

    Con se fiant à autrui et souvent fort naïf,
    Con qui fonce au feeling et qui, évidemment,
    Prend un beau camouflet parce que tout simplement,
    On est souvent trahi et on prend quelques gifles.

    Se fier à quelqu’un, se livrer, se donner,
    N’est pas toujours payant et rarement rendu
    Car tout ce qu’on reçoit c’est un bon coup de pied
    Vous aurez deviné "un coup de pied au cul".

    Cons vous fiant à la vie, cons vous fiant aux amis,
    Soyez conscients surtout, ne vous méprenez pas,
    N’en attendez pas trop, surtout pas un merci,
    Donner c’est important, mais avant tout pour soi.

    La confiance bafouée, la confiance trahie
    Je connais et j’en ai ma propre théorie
    Mais je m’assieds dessus, je ne changerai pas
    Optimiste à tout crin, je resterai, je crois.

    Tout cœur aigri et dur doit vivre de souffrances
    Et tout cœur grand ouvert est rempli d’espérance.
    Il vit heureux de tout, heureux de faire confiance,
    Alors, oublions–les, ces cons sans importance.

    © Marie Le Corre, 4 Juillet 2000

     


    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique