• Danse ballerine, danse !

     

    Danse ballerine, danse !

     

    C’est tout d’abord un rêve du loin temps de l’enfance
    Elle a vu quelque part ces jolis corps qui dansent
    Ces étoiles brillant au firmament du ciel
    Ces grandes ballerines, qui s’envolent, irréelles.

    Elle ne sait pas alors que ces belles sylphides
    Qu’elle voit si gracieuses et si désincarnées
    Avant d’en arriver aux papillons nacrés
    Ont tout d’abord été fragiles chrysalides.

    Elle ne sait pas encore que pour être danseuse
    Il faut souffrir beaucoup, et beaucoup travailler
    Des heures et des heures de barre et de jetés
    D’entrechats et d’essais sur pointes douloureuses.

    Les pieds ensanglantés, le dos parfois cassé
    Le corps qui crie aux larmes et voudrait arrêter
    On doit tenir debout, s’armer de volonté
    Que l’on soit petit rat, étoile, ou coryphée.

    Mais la petite fille qui regarde l’étoile
    Et voit tant de beauté, de souplesse et de grâce
    Ne voit qu’un corps qui danse, enveloppé de voiles
    La perfection totale éclatant dans l’espace.

    Elle ne voit que le tulle et les chaussons nacrés
    Qui soulevés de terre lui semblent s’envoler
    Elle ne voit que le trouble de la jolie Gisèle
    Qui entre dans la tombe dans un bruissement d’ailes.

    Elle ne voit que le cygne, gracile et enlacé
    Par les bras de l’amour qui l’élèvent de terre
    Elle ne sait pas encore que pour tous ces portés
    Il a fallu souffrir, parfois jusqu’à l’enfer.

    Elles brillent en effet ces grandes ballerines
    Par la grâce des gestes qui les rendent si belles
    J’en ai rêvé aussi, j’aurais aimé, comme elles
    Défier l’apesanteur et m’envoler divine.

    © Marie Le Corre, 7 septembre 2006

     

    « Vent friponEntre le ciel et l'eau »

  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Octobre à 06:55

    Je me souviens de ce très beau poème qui est dans ton recueil que je vois chaque jour près de mon bureau sur les rayons de ma biblio. Je l'avais beaucoup aimé à l'époque et je l'aime toujours, il illustre bien ce qu'est cet univers qui demande beaucoup de sacrifices.

    2
    Lundi 2 Octobre à 06:56

    Très beau ce poème que je crois avec déjà lu sur un de tes autres sites. Belles rimes.

    3
    Micky et JP
    Lundi 2 Octobre à 06:57

    Je souris en relisant ton poème que je connais car Maé est en ce moment en train de danser dans la cuisine autour de moi en quête d'un petit morceau de ma tartine. Très beaux mots pour parler de cette discipline si exigeante. Bisous.

    4
    Lundi 2 Octobre à 09:03

    Je n'étais pas trop un fan de poésie et je me suis pris au jeu en commençant à visiter ton site et maintenant je guette presque tes écrits. Très belles rimes qui dansent devant mes yeux.

    5
    Linda Weber
    Lundi 2 Octobre à 09:04

    Toutes les petites filles rêvent d'être danseuses mais il y a peu d'élues car c'est difficile, astreignant, il faut avoir les nerfs solides car ce milieu n'est pas tendre et une volonté de fer. Tes mots disent bien tout ça.

    6
    Lundi 2 Octobre à 09:04

    J'adore, c'est beau et très bien tourné et si vrai...

    7
    Lundi 2 Octobre à 09:59

    splendide ces mots sur la danse cet art difficile avec tant de contraintes que la beauté qui en ressort est d autan plus grande

    8
    Claire Mével
    Lundi 2 Octobre à 11:28

    Je ne crois pas avoir rêvé d'être danseuse mais j'aime regarder des ballets à la télé, très rares d'ailleurs. Tes mots décrivent bien cet univers particulier et cet art difficile. Je t'embrasse.

    9
    Lundi 2 Octobre à 11:29

    C'est tout à fait ça, tes mots disent bien les rêves des petites filles et les douleurs qu'il faut endurer pour arriver au plus haut, si on y arrive.

    10
    Lundi 2 Octobre à 11:45

    jolie poème sur la danse .

    De nombreuses petites filles ont le rêves de devenir de futures étoiles ,de grandes ballerines ou aussi nombreux petits garçons qui rêvent d'être de grands danseurs, mais la compétition doit être rude sur le long chemin à  parcourir , mais certains atteindront, un jour, leur rêve, et leur talent sera reconnu . il est toujours important de croire en ses rêves 

    bonne journée et A+ du troubadour Emmanuel 

    11
    Lundi 2 Octobre à 12:44

    Ô combien de souffrances pour devenir une étoile .. et s'envoler vers des lieux célestes. Un véritable sacerdoce et ta poésie l'exprime si bien !

    12
    Yann Quilmeur
    Lundi 2 Octobre à 15:53

    D'un côté tu agresse avec tes chardons, de l'autre tu es toute douceur dans les tutus des ballerines. J'ai une petite préférence pour la danse moderne mais le travail est le même pour mériter le titre de danseuse.

    13
    Lundi 2 Octobre à 19:00

    Bonsoir Marie,

    Cette petite fille c'était aussi moi ! Donc plus de dix ans sur la pointe des pieds avec le bout des pantouflles trouées mais j'étais si heureuse... C'est bon de rêver !

    Je crois que nous avons encore ce point ( sans E en commun ! ), l'amour de la danse.

    Merci et bravo Marie.

    Je t'embrasse.

    Annie

    14
    Lundi 2 Octobre à 22:39

    Bonsoir Marie

    A lire tes envolées en rimes poétiques on comprend que toi aussi tu as rêvé être une étoile et que ton rêve t'a inspiré ces belles strophes

    Bonne soirée

    Bisous

      • Mardi 3 Octobre à 06:39

        J'ai fait de la danse classique durant 3 ans mais j'ai vite abandonné, je n'étais pas assez sage pour suivre la rigidité de cet art. J'ai opté à la place pour la musique et étudié l'orgue durant 10 ans, c'était plus reposant. LOL !

    15
    Annick D.
    Mardi 3 Octobre à 07:02

    Mes deux filles ont fait de la danse mais toutes les deux se sont vite lassées. Il faut être solide pour se lancer dans cette discipline très astreignante. Très joli ton poème Marie, JTB.

    16
    Mardi 3 Octobre à 09:02

    Quelle petite fille n'en a pas rêver ?

    Il faut dire que même rythmique et de moindre qualité la danse est une expérience qui mérite d'être tentée... Je garde de beaux souvenirs de spectacles de fin d'année qui nous faisait trembler avant d'entrer en scène.

    17
    Jeudi 5 Octobre à 08:32

    Comme beaucoup de petites filles j'ai rêvé d'être ballerine.. Ton beau poème les décrit très bien, ainsi que ce désir d'être aussi léger qu'un flocon de neige.

    Je me suis contenté de faire 2 ans de danses folkloriques,  dont la farandole où on retrouve certains pas de la danse classique. Mon mollet droit avec doublé.

    Le rêve encore... plaisir

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :