• Couleur sepia

     

    Couleur sepia

     

    Une vie sans amour est une amputation
    Quelque chose se meurt à l’intérieur de soi
    Les espoirs les plus fous ne sont plus de raison
    On ne sert plus à rien, doucement on se noie.

    Savoir que plus jamais on ne pourra trouver
    Deux bras pour vous serrer, une peau à toucher
    Est bien plus dur à vivre que se passer d’amis
    Le mot amour devient, tabou et interdit.

    Savoir que les mots tendres qu’à l’autre on murmurait
    Jamais plus pour personne on ne pourra les dire
    Vous blesse jusqu’à l’âme, il n’y a rien de pire
    Qu’accepter de ne plus penser qu’à l’imparfait.

    Il faut ranger nos rêves à jamais dans l’oubli
    Feuilleter pour tenir l’album du temps passé
    Regarder en sépia les heures où notre vie
    Se lisait tendrement aux couleurs de l’été.

    Il faut se préparer à vivre un long hiver
    Sans pouvoir écouter une très belle aria
    Assis l’un contre l’autre, devant un feu de bois
    Rassurés et heureux, comme au beau temps d’hier.

    Car ne plus tressaillir à un pas dans l’allée
    Ne plus jamais entendre une voix qui vous dit
    Que pour lui vous avez été la plus jolie
    Est un peu comme un glas qui se met à sonner.


    © Marie Le Corre, 30 mars 2005

     

    Après cette petite touche de pessimisme vieille de 12 années, j'ai voulu faire un ajout qui résume bien comment je vois les choses maintenant.

    Le bonheur n'est pas forcément à deux, le bonheur on le trouve si on sait le voir, à travers ce que la nature nous offre chaque jour.

     

    Mais aujourd'hui je sais, le temps ayant passé
    Et la sagesse ayant pris place dans mon coeur
    Que tous ces souvenirs ont gardé leurs couleurs
    Et qu'il faut s'en réjouir, et le sepia gommer.

    Vivre seul a aussi quelques doux avantages
    On ne dépend de rien, le coeur ne souffre plus
    Les affres de l'amour ont enfin disparu
    On se sent apaisé, libre de tous orages.

    Il y a tant de choses belles autour de nous
    Quand on sait regarder, quand on sait écouter.
    Une fleur, un sommet, la mer et le vent doux
    Me comblent de bonheur chaque jour que Dieu fait.

    © Marie Le Corre, 4 septembre 2017

     

     

    « ChatVariations sur le mot "confiance" »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Septembre à 06:37

    oui la perte  de son amour est difficile a digérer et comme tu le dis si bien le temps passe les souvenirs restent mais la vie seule si elle est  remplie de plaisirs simples de la vie  et que l on sait voir autour de soi comme un photographe on voit des choses différentes et ressentir la nature dans tous ces états un pur bonheur

    2
    Mercredi 6 Septembre à 09:27

    Dieu merci le bonheur a plusieurs visages, il n'est pas toujours facile à trouver même quand il est à portée de main...

    3
    Mercredi 6 Septembre à 10:38

    Je partage ton avis et la nature me comble souvent sans remplacer ceux qui sont partis..

    4
    Mercredi 6 Septembre à 11:56

    Au contraire de toi je ne pourrais pas vivre seule mais je comprends tout à fait que, si on sait fait, on doit trouver d'autres bonheurs autour de soi même sans compagne ou compagnon. Tes mots en tout cas sont pleins d'espoir pour ceux qui sont seuls.

    5
    Micky et JP
    Mercredi 6 Septembre à 11:58

    Au contraire de tes mots pour parler de cela dans la vraie vie, tu as su "doser" tes ressentis par rapport à la vie à deux. LOL! et tu as raison quelque part, il y a d'autres beautés en dehors de l'amour et ces beautés ne sont elles pas aussi une forme d'amour?

    6
    Mercredi 6 Septembre à 11:59

    Chacun de nous fait ses choix et l'essentiel est d'être heureux, seul ou à deux ou encore en groupe. Bises un peu tardives.

    7
    Jeudi 7 Septembre à 01:52

    Je savoure tes 3 dernières strophes que je partage pleinement.

    8
    Linda Weber
    Jeudi 7 Septembre à 01:53

    Ce qui est important n'est pas de vivre seul ou à deux mais de vivre heureux et on sent que tu l'es dans tous les poèmes et tes photos.

    9
    Annick D.
    Jeudi 7 Septembre à 10:54

    Je ne sais heureuse et épanouie mais je comprends que, quand on perd la personne que l'on aime, on puisse se poser beaucoup de questions et ressentir un grand vide. JTB.

    10
    Jeudi 7 Septembre à 10:55

    La vie à deux est difficile, l'idéal est de plus de plus d'habiter chacun de son côté et de ne se retrouver que pour le meilleur... mais ce n'est pas si simple à gérer. L'amour est malgré tout le moteur qui nous fait avancer.

    11
    Annick D.
    Jeudi 7 Septembre à 10:57

    Je voulais écrire "Je TE sais" et non pas je ne sais.

    12
    Jeudi 7 Septembre à 15:19

    Un poésie de toute beauté avec deux facettes qui éclairent poétiquement et avec beaucoup d'émotions les chemins d'ombres et de lumière de toute vie

      • Jeudi 7 Septembre à 16:34

        Nos chemins ne sont jamais uniformes, rien n'est jamais gagné mais c'est cela qui fait le sel de la vie. Ne serait-elle pas bien triste si elle était rectiligne et sans soubresauts? Merci de ton passage Marie

    13
    Jeudi 7 Septembre à 20:24

    Bonsoir chère Marie,

    Savoir faire de la solitude un atout c'est de l'art et savoir l'exprimer ainsi également. Bravo et mes amitiés en partage.

    A bientôt à la suite de mes vacances et bisous.

    Annie

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :