• Cancer

     

    Cancer

     

    Tu viens de rencontrer celui qui te manquait,
    Celui dont tu rêvais, celui que ton cœur cherche,
    Quand la vérité choit, sur toi, comme une flèche,
    En quatre petits mots qui te brisent d’un trait.

    Vous avez un cancer, entends-tu dans le flou,
    Et toi tu es sonnée, tu vois déjà le trou,
    Ce grand trou dans lequel on va bientôt t’enfouir,
    Et tu te dis, soudain, comment vais-je lui dire ?

    Comment vais-je lui dire que je ne peux l’aimer,
    Parce que je ne veux pas lui bousiller le cœur,
    Je ne veux pas qu’un jour, si je dois m’en aller,
    Il se retrouve seul et perde son bonheur.

    Tu ne penses qu’à lui, tu penses à ses grands bras,
    Qui te serrent si bien et qu’un jour tu perdras,
    Tu penses à ce cancer qui ronge à l’intérieur,
    Et tu fuis loin de lui, parce que tu as trop peur.

    Trop peur de tant l’aimer, et trop peur de la mort,
    Trop peur de ces instants qui ne vont pas durer,
    Trop peur de tout lui dire, trop peur de lui avouer,
    Que la femme qu’il aime a le crabe en son corps.

    Alors tu fais la malle, tu te terres en silence
    Espérant que le temps comblera ton absence
    Tu fuis aussi tous ceux qui étaient tes amis
    Et tu perds d’un seul coup ta passion de la vie.

    © Marie Le Corre, 31 mars 2005

     

    « L'abeille et le bleuetC'était un grand bonhomme »

  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Août à 06:34

    oui ce foutu cancer fait des ravages à ceux qui l ont et l entourage proche c est la double peine  la maladie et la peur de perdre l amour des siens et des amis es mais tant que l on est pas concerné de pres ou de loin on ne peut savoir la réaction des gens

    2
    Lundi 14 Août à 08:54
    Fabien Charrasse

    La maladie est une justice aveugle, qui frappe au hasard sans aucune émotion.

    3
    Lundi 14 Août à 09:14

    Waouh ! Une dure réalité !!

    4
    Lundi 14 Août à 09:35

    On a tous un proche, un ami concerné par cette saloperie.... qui détruit tout sur son passage !!

    5
    Lundi 14 Août à 09:38

    Réaliste et dur, un texte qui laisse sans voix, car chacun face au mal réagit comme il est et que le quotidien de la maladie est un chemin qui a souvent une issue que l'on ne peut que redouter...

    6
    Lundi 14 Août à 09:52

    Bonjour Marie,

    Il est à toutes les portes à plus ou moins long terme. Mais s'il n'est plus tabou d'en parler, la souffrance psychologique est intense et entraîne maintes réflexions face à la vie future. Que les petits tracas de la vie semblent tout à coup bien anodins.

    Merci pour l'avoir si bien exprimé.

    Je t'embrasse.

    Annie

    7
    Micky et JP
    Lundi 14 Août à 11:16

    Je me souviens de l'amie qui t'avait inspiré ce poème. C'est très dur d'être face à cette maladie qu'on n'a toujours pas réussi à guérir pour tout le monde. Les scientifiques disent qu'ils avancent mais la réalité ne le montre guère. Un texte très beau et dur en même temps. Bisous.

    8
    Lundi 14 Août à 11:17

    Un texte percutant très bien écrit comme toujours.

    9
    Linda Weber
    Lundi 14 Août à 11:18

    Tu as su exprimer avec tes mots la douleur de celui qui est frappé par sa maladie et une des réactions que l'on peut avoir. Il y en a tant...

      • Mardi 15 Août à 10:28

        C'est une tragédie autant pour celui qui vit ce terrible fléau et pour ceux qui l'entourent. Quand en viendra t'on à bout ?

    10
    Mardi 15 Août à 09:56

    Bonjour Marie

    A un moment ou à un autre on se trouve face à lui dans notre propre vie ou dans celles qui nous importe. 

    Il peut dévorer tout ou se tapir pour attendre la moindre défaillance. On n'en guérit pas juste une rémission ... 

    Bon 15 août

    Bisous

    11
    Claire Mével
    Mercredi 16 Août à 17:12

    Je me demande dans quel état on se trouve en apprenant une aussi terrible nouvelle. Je lis que c'est une amie qui t'avait inspiré ce poème, j'espère qu'elle a pu être soignée et guérie? je le souhaite de tout coeur et t'embrasse.

      • Mercredi 16 Août à 17:22

        Lisa est décédée 2 ans plus tard à 54 ans, cancer du sein.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :